© 2020 par WEIFA

Calligraphie & logo: Alexandre PaumeVega

Calligraphie Traditionnelle Chinoise

-L'art du Souffle par la Voie du pinceau-

L'art du Shufa (littéralement méthode d'écriture) est l'art d'écrire les caractères Chinois (idéogrammes, pictogrammes & phonogrammes).

Ceux-ci sont composés d'éléments ou clés, au nombre de 214. Il n'y a pas de chiffre exact sur le nombre de caractères qui composent la langue Chinoise, tant celle-ci est riche. Il est donc nécessaire de bien connaître les clés pour identifier lorsque possible, les caractères. Mais l'art de la calligraphie ne se situant pas sur le même registre que l'écriture , nous ne commencerons jamais par les éléments de langage mais par les principes posturaux permettant au pinceau de transmettre une énergie fluide jusqu'au papier.

La calligraphie est l'art de bien écrire, mais surtout de manifester l'énergie. Pour cela, la fluidité ne suffit pas. Pour comprendre de quoi est faite la base de cet art plurimillénaire, on peut s'appuyer sur la structure inhérente au premier trait , le trait horizontal: d'un abord extrêmement simple, ce trait cache en réalité à l'intérieur de sa structure deux dynamiques qui lui donnent sa profondeur et sa puissance, sa grâce: la spirale et l'enracinement, comme dans le Taïchichuan. Et cet exemple très simple à comprendre dès le premier cours, va s'appliquer à chaque trait fondamental de la Calligraphie Traditionnelle Chinoise (8 au total), mais aussi aux 16 variantes de ces traits, puis au-delà, à chaque clé, à chaque caractère, à chaque phrase, à chaque poème. Le calligraphe est mobilisé, stable et fluide comme son pinceau, entre la spirale et les racines profondes d'une assise impeccable dans le sol. L'axe effectue le mouvement silencieux qui permet à l'énergie de s'exprimer sur le papier...

Nous commençons donc chaque cursus d'apprentissage par la tenue du pinceau, qui donnera la position du bras, qui donnera la stabilité de l'axe vertébral et pourra conduire aux mouvements du bassin et à la solidité des appuis au sol.  Tout le corps agit pour une belle calligraphie, et c'est la raison pour laquelle il est nécessaire d'oublier en premier lieu toute volonté de FAIRE du beau. Seule l'harmonie du mouvement, le lâcher-prise et la pratique assidue donneront au caractère un Qi propre et authentique.

Car en calligraphie, pas de retouches, pas de reprises: le papier de riz Chinois a pour fonction de montrer au calligraphe sans masque, la qualité de son moment présent, l'intensité et la douceur de son geste. Pas d'attitude plus éloignée de l'esprit de la calligraphie, que celle de la retouche: si le moment contenant l'intensité, la présence, la fluidité, l'enracinement et l'écoute n'est pas suffisamment dense, réel, le calligraphe déchire et recommence, déchire et recommence... Encore et encore, oubliant peu à peu l'objet désiré (une belle calligraphie) pour se fondre dans le mouvement sans plus rien en attendre.